/ Société et culture / Evénement : La Francophonie à l’honneur

Evénement : La Francophonie à l’honneur

Alexandre Hawari de Juil 24, 2012 - 05:19 dans Société et culture
Qui aurait pu croire que l’initiative de trois aventuriers idéalistes (Leïla Hawary, Jean Bertho et Jean Guion) visant à défendre et promouvoir les valeurs francophones à travers le monde aurait duré aussi longtemps. Et qu’elle serait en aussi bonne santé après vingt-deux ans de bons et loyaux services…
Certes, le socle de la toute jeune Alliance francophone était fort et puissant avec la présence d’hommes de rigueur et d’idées comme Pierre Messmer, puis Maurice Druon. Aujourd’hui, c’est Stéphane Hessel qui tient les rênes d’une main ferme au côté de Jean Guion et tous deux contribuent à concrétiser les si nombreux rêves humanistes de l’Alliance francophone.
Entre-temps, les fondateurs ont été rejoints par plus de 50 000 femmes et hommes qui, à travers 108 pays, incarnent les valeurs de l’institution : solidarité, justice, égalité, liberté et fraternité. La philosophie ? Défendre farouchement une Francophonie généreuse et ouverte sur le monde, conforter les expressions de la diversité. L’action ? Apporter une aide concrète aux plus démunis et faire en sorte de faciliter et d’encourager l’accès des jeunes à la langue française.
Pour mieux offrir une visibilité concrète et pratique à la Francophonie, afin de promouvoir une circulation aisée qui permette à ses membres d’échanger dans l’espace commun linguistique, l’Alliance francophone a choisi d’instaurer un « visa francophone ». Un projet d’autant plus viable que la Francophonie constitue un espace-refuge pour de nombreux pays du fait de sa riche histoire, de ses valeurs et de sa volonté de promouvoir la diversité.
Pour l’Alliance, la Francophonie représente aussi l’incarnation de l’humanisme face à la mondialisation. Dès sa création, l’institution a considéré la Francophonie comme un espace de liberté, d’égalité, de justice, de culture, de communication et de solidarité multilingue. Un espace qui doit rester résolument ancré dans les réalités du monde contemporain, dans la lutte contre la pauvreté et pour l’instauration d’un développement durable.
à son niveau modeste et par ses actions de terrain, l’Alliance francophone vient en aide à des centaines d’enfants dans la monde. Elle les nourrit, les éduque et leur offre une formation artistique ou professionnelle.
à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, l’orphelinat école Wamdé incarne parfaitement ce que tente de faire l’Alliance francophone depuis plus de vingt ans à travers le monde. Les enfants de Wamdé décernent même leur prix (Graine de Baobab) lors du Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco).
C’est notamment pour toutes ces raisons que Jean R. Guion a été fait Grand Officier de l’Ordre national du Burkina Faso. L’événement s’est déroulé le 10 décembre 2011, veille de la Fête nationale du pays. Une belle victoire pour l’Alliance, qui considère que la Francophonie doit se mobiliser pour jouer son rôle : celui d’une mondialisation à visage humain, protectrice des hommes et des cultures face aux mécanismes d’un marché réducteur et impersonnel. Ainsi l’Alliance se fait elle aiguillon de toutes les initiatives en faveur de la Francophonie ou des jeunes francophones. En attestent ses nombreux parrainages et soutiens au Festival du film francophone d’Angoulême ; aux festivals de poésie à Alep (Syrie), Barcelone (Espagne) et Ouagadougou ; aux Universités africaines de la communication (Uaco), aux Trophées internationaux du jazz (DjangodOr) ou encore à l’Association de la chanson française au Japon. Sans oublier AIDES et la lutte contre le sida.
L’Alliance estime que, pour relever les défis d’aujourd’hui, la culture doit être envisagée comme une force créatrice permettant de faire face au changement et de l’intégrer dans l’évolution de la société. Ainsi la culture n’es-elle plus seulement pour Jean Guion un moyen de développement, mais aussi une fin qui permet l’épanouissement.