/ International / SYRIE – La face cachée

SYRIE – La face cachée

Editor de Mai 15, 2013 - 17:35 dans International

Si la majorité du territoire syrien est en flammes, mis à part Damas, le nord syrien – plus particulièrement la ville côtière de Tartous –, connaît une prospérité sans précédent, refusant toujours toute critique sur le régime du président, Bachar al-Assad. Les hommes d’affaires et industriels syriens, dont la plupart sont des sunnites, se sont installés aux alentours du port. Ils affirment que cette ville cosmopolite, formée d’alaouites, de chrétiens et de sunnites, a hérité, au moins pour l’instant, des villes commerciale, industrielle et touristique d’Alep, Homs et Hamah. Tartous est devenue le centre commercial de la Syrie. Elle attire davantage les agences des banques et des sociétés d’assurance, en provenance aussi de Damas. En dépit de la guerre civile, la ville côtière demeure sous la protection du régime. Autre garantie, Tartous abrite la base marine de la flotte russe en Méditerranée, ce qui lui procure une garantie exceptionnelle. Le repli sur cette ville a porté le nombre de ses habitants de 938 000 à plus de 1,6 million. Les loyers des maisons et des bureaux n’ont pas explosé, ce qui est dû, selon un industriel d’Alep, au fait que le président Assad en personne a donné pour consigne de ne jamais exploiter les citoyens, les hommes d’affaires et les sociétés en augmentant leurs charges personnelles et professionnelles. Tartous est devenue, comme la capitale Damas, le centre de paiement des salaires des fonctionnaires de l’administration publique syrienne. Pour les observateurs, notamment occidentaux, les villes côtières Tartous et Lattaquié constituent deux « forteresses » du régime d’Al-Assad. C’est pourquoi il ne cesse de durcir ses positions. Contrairement à toutes les analyses, il s’est avéré, avec l’afflux du capital sunnite vers Tartous sous la protection des alaouites, que le président syrien a réussi son pari.