/ Economie / Une croissance irrésistible

Une croissance irrésistible

Editor de Oct 20, 2013 - 18:26 dans Economie

Une croissance irrésistible

Les puissants fondements de l’économie turque, associés à l’expansion de l’immobilier et du tourisme, ont ouvert le chemin au progrès, en dépit des manifestations de la place Taksim.

Par Atique Naqvi, Istanbul

« perturbations »

Le puissant lobby du tourisme et des affaires considère les récents événements comme des perturbations temporaires, qui n’affecteront pas la confiance des entreprises et des investisseurs étrangers

I Arabies Septembre 2013

Née à Istanbul, Latife, 24 ans, s’est rendue plusieurs fois au parc Gezi de la place Taksim pour participer aux manifestations, avec ses amis de l’université. Elle vient d’une famille de classe moyenne et ne comprend pas la logique derrière cette agitation ni l’attention portée par les médias internationaux.

Si on lui demande pourquoi elle a manifesté, la réponse est rapide… « C’est tellement amusant d’être ici. Certaines personnes ont mis des slogans amusants sur les banderoles. Il y a de la musique et on rencontre des gens. C’est comme un pique-nique un jour de travail. »

Les amis de Latife partagent son opinion, mais il n’y a pas que cet aspect amusant concernant ces manifestations. Il y a eu au moins 4 morts ; près de 5 000 personnes, entre blessures graves et légères, ont été touchées ; les manifestants ont été évacués de force du parc Gezi, sur ordre direct du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan.

Mais les affaires suivent leur cours normal à Istanbul. Même si l’élite instruite et les groupes laïcs ont pesé de tout leur poids en faveur des manifestations, le puissant lobby du tourisme et des affaires considère les récents événements comme des perturbations temporaires, qui n’affecteront pas la confiance des entreprises et des investisseurs étrangers. Alors que la plupart des marchés développés luttent contre les difficultés financières, la Turquie est en plein essor avec une croissance saine, dans les secteurs du tourisme, de l’immobilier et dans l’investissement étranger.

Au moment des manifestations du mois passé, l’homme d’affaires saoudien Ehsaan Fareed Abdul Jawad a signé un accord d’investissement de 200 millions de dollars avec Agaoglu Group, promoteur immobilier, qui construit à Istanbul Maslak 1453, projet à usage multiple d’une valeur de 5 milliards de dollars, qui doit être achevé en 2016. Le projet, qui sera composé de 24 blocs de 21 à 55 étages, comprend 5 300 parties indépendantes, dont 4 789 habitations. Depuis le début du projet, 3 040 habitations ont été vendues.

Le moins que l’on puisse dire est que les banques turques, l’immobilier et le secteur hôtelier sont en plein développement. Les troubles récents ne semblent pas devoir affecter la vision à long terme des investisseurs arabes originaires des pays du Golfe riches en pétrole.

631 millions de dollars. Au niveau des projets Agaoglu, 1 925 habitations d’une valeur de 631 millions de dollars ont été vendues à des étrangers. Les pays du Golfe ont constitué la majeure partie des ventes, atteignant le chiffre de 606 millions de dollars, les 25 millions restant revenant à d’autres pays. Ali Agaoglu, président du conseil exécutif d’Agaoglu Group, a déclaré : « L’intérêt des investisseurs étrangers n’a pas diminué. Il a même augmenté, du fait que ces derniers analysent très bien l’avenir de la Turquie et établissent leurs plans sur le long terme. Nous avons vendu jusqu’à présent des habitations pour une valeur de 631 millions de dollars, et notre but est d’atteindre plus d’un milliard à la fin de cette année. »

À propos de l’accord avec l’investisseur saoudien, il ajoute : « Le contrat de vente est l’indicateur le plus significatif de la confiance des étrangers envers notre pays et nos projets immobiliers. C’est une bonne réponse à la récente atmosphère négative qui a prévalu, ainsi qu’à la vision pessimiste qui est imposée artificiellement à notre économie, à la suite des événements du parc Gezi. L’intérêt des étrangers pour l’immobilier augmente exponentiellement – suivant la loi de la réciprocité, qui est entrée en vigueur l’année passée. »

En tant qu’investisseur étranger, Abdul Jawad a pleinement confiance. « Ces dernières années, la Turquie s’est principalement développée économiquement. Elle ne cesse de croître et inspire confiance pour l’avenir. Nous pensons que la Turquie deviendra un pays plus important, et nous souhaitons y investir. Il y a de nombreuses possibilités d’investissement dans l’immobilier, nous sommes donc très intéressés par le projet Maslak 1453. Outre les 200 millions de dollars, nous pourrions décider de nouveaux investissements dans un futur proche, car nous avons confiance dans la stabilité de la Turquie. »

Le ministre turc du Tourisme et de la Culture, Omer Çelik, qui soutient les entreprises comme Agaoglu Group, a reproché aux médias occidentaux d’avoir amplifié les manifestations du parc Gezi. « Les manifestants ne reflètent pas les opinions du courant principal turc, mais nous sommes en démocratie, nos citoyens ont le droit de manifester. »

33 millions de touristes. Selon les estimations de l’Association des agences de voyage turques, la Turquie pourrait accueillir 33 millions de touristes internationaux en 2013 – sa plus forte prévision annuelle d’arrivées jusqu’à ce jour. Si la prévision devait se faire réalité, elle rapporterait 25 milliards de dollars de recettes provenant du tourisme.

Le directeur associé de BDO Hospitality Consulting, Mehmet Onkal, a déclaré : « Le tourisme est connu pour contribuer au succès économique global, en augmentant les opportunités de travail à travers une multitude de secteurs, ce qui entraîne alors de plus grandes dépenses de la part du consommateur. Chacun en profite, du fait que le tourisme devient un catalyseur pour la croissance de l’économie. »

Onkal a cité les chiffres du World Travel & Tourism Council, ou WTTC (Conseil mondial du voyage et du tourisme), indiquant que le secteur a directement créé plus de 2 millions d’emplois en Turquie l’an dernier, et a contribué à hauteur de 10,9 % au produit intérieur brut (PIB) du pays.

Le directeur exécutif de WTTC, Geoffrey Breeze, a affirmé que les visiteurs entrés dans le pays ont compté pour moitié dans la contribution du PIB du secteur. « Le PIB relatif au tourisme intérieur a augmenté de 4,9 %, près du double du taux de la contribution internationale, actuellement fixé à 2,5 % par an. Si la croissance du tourisme intérieur se maintient autour de 5 % par an, en 2023 cela représentera 59 % de la contribution totale au PIB », a déclaré M. Breeze.

Les chiffres publiés par le ministère de la Culture et du Tourisme montrent que le nombre de visiteurs internationaux pourrait, en moyenne, atteindre 50 millions par an au cours de la prochaine décennie, augmentant d’année en année les revenus, au-delà de 50 milliards de dollars.

L’aviation fait partie intégrante du secteur touristique, et Turkish Airlines s’est engagée à apporter sa contribution et à augmenter sa présence au Moyen-Orient. Ces deux dernières années, la compagnie a enregistré une augmentation de 49 % en termes de trafic des passagers venant du Moyen-Orient. Par rapport à 2011, un million de passagers supplémentaires de la région ont voyagé en 2012 avec Turkish Airlines. Le vice-président général des ventes et marketing de Turkish Airlines, Murat Pas, a souligné que le groupe opère actuellement à partir de 32 destinations au Moyen-Orient, la dernière en date étant Akaba en Jordanie. « Nous profitons du réseau qui dessert un plus grand nombre de pays que toute autre compagnie aérienne. »

La popularité grandissante de la Turquie comme destination pour les touristes du Conseil de coopération du Golfe (CCG) participe aussi à la progression de la croissance de la compagnie d’aviation. Le nombre de touristes des Émirats arabes unis (EAU) a augmenté d’environ 370 %, d’août 2011 à août 2012, a-t-il affirmé.

Temel Kotil, président-directeur général de Turkish Airlines, a déclaré : « Le Moyen-Orient représente pour Turkish Airlines, au niveau du réseau mondial, le marché à la plus forte croissance, avec une demande de passagers en hausse, fer de lance de nouvelles fréquences et destinations, faisant partie de l’expansion mondiale prévue. En tant que compagnie aérienne nationale, nous sommes ravis de la popularité croissante de notre pays comme destination touristique. La Turquie offre un beau paysage naturel, des merveilles historiques, des côtes magnifiques, tout cela à moins de cinq heures de la plupart des pays de la région du Golfe. Le pays s’enorgueillit d’un mélange unique entre les influences orientales et occidentales, et l’attraction pour les touristes du CCG est soulignée par des liens culturels avec le Moyen-Orient. »

Augmentations régionales. Les chiffres de croissance au Moyen-Orient sont importants, pour le transporteur aérien national turc, avec des augmentations régionales, allant jusqu’à 67 % pour le Koweït en 2012, par rapport à 2011, de 41 % au cours de la même période pour l’Arabie Saoudite, et de 36 % pour Abou Dhabi.

Avec les nouvelles réglementations de la pleine propriété foncière, le tourisme en hausse et l’intérêt du gouvernement Erdogan pour les pays arabes et les marchés émergents, la stratégie de croissance à long terme de la Turquie est de continuer à générer des dividendes, alors que les questions sociales renforceraient les institutions démocratiques dans l’ancien siège de l’empire Ottoman.