/ Economie / Se rapprocher du monde

Se rapprocher du monde

Editor de Jan 12, 2014 - 18:51 dans Economie

Se rapprocher du monde

Un développement progressif et une amélioration de l’aviation, des ports et des services de fret aident à la diversification aux Émirats arabes unis.

Par Atique Naqvi, Dubaï

dubaï

Les équipements actuels de l’aviation et des aéroports de Dubaï sont déjà considérés comme étant parmi les meilleurs au monde

Quand Dubaï est cité comme le centre d’affaires du Moyen-Orient, ce n’est pas uniquement grâce à son tourisme florissant et à ses secteurs financiers, mais également en raison de son aviation en plein essor et de sa logistique. Illustrant l’emplacement géographique privilégié de l’émirat, reliant l’Ouest à l’Est, l’expansion de l’aviation et des ports des Émirats arabes unis (EAU) – en particulier Dubaï – est en plein essor.

Les équipements actuels de l’aviation et des aéroports de Dubaï sont déjà considérés comme étant parmi les meilleurs au monde. En octobre dernier, après avoir reçu le feu vert de l’Autorité générale de l’aviation civile, Al Maktoum International Airport à Dubai World Central, le plus grand aéroport du monde, a commencé à faire fonctionner ses vols de passagers, renforçant encore la capacité du secteur du transport aérien dans les EAU.

Bien que les vols de fret à l’aéroport Al Maktoum soient en fonctionnement depuis mi- 2010, les vols de passagers ont commencé à être opérationnels le mois dernier, avec un avion de la compagnie européenne Wizz Air, décollant pour des destinations comme Budapest, Bucarest et Sofia.

Le terminal de passagers du nouvel aéroport, qui peut recevoir sept millions de passagers par an, a obtenu l’appui de Jazeera Airways du Koweït et de Nasair d’Arabie Saoudite, et plusieurs autres transporteurs doivent les rejoindre sous peu.

Le développement systématique des aéroports et des installations annexes de Dubaï et des EAU fait partie intégrante des stratégies à long terme, comme Vision 2020 et Abou Dhabi 2030. Lancée en début d’année par les dirigeants de Dubaï, Vision 2020 a fixé pour objectif 20 millions de touristes par an, et 300 milliards de dirhams des Émirats arabes unis (AED), soit 81,6 milliards de dollars, de revenus, pour 2020. Contrairement à la croyance populaire, l’expansion des services aériens de Dubaï n’est pas liée au résultat de la candidature de l’émirat à l’Expo 2020.

Commerce. Le principe d’un tourisme fort conduit toujours à de puissants secteurs d’aviation et de fret aérien, et le lancement de nouveaux services au Dubai World Central, ainsi que son lien éventuel avec le port de Jebel Ali stimuleraient considérablement le commerce entre les EAU et le reste du monde.

Avec de meilleurs outils de connexion disponibles sur le marché, les échanges commerciaux avec des lieux éloignés de milliers de kilomètres ne sont pas seulement devenus plus faciles, mais aussi grandement profitables. Le Forum économique mondial, dans son étude des perspectives logistiques, affirme : « Le ratio du commerce par rapport au PIB, pour le monde dans son ensemble – mesure de l’ouverture des économies couramment utilisée – est monté de 39 % en 1990 à 59 % en 2011. »

La valeur globale du commerce mondial dépasse aujourd’hui 20 billions de dollars américains. L’explosion dans le commerce mondial qui s’est produite au cours des deux dernières décennies est en partie le reflet des innovations dans la logistique et des changements de politiques dans les pays du monde, qui ont entraîné une réduction des coûts de transport de marchandises et de services à travers les frontières.

En termes de développement et de facilitation du commerce, les EAU ont parcouru un long chemin. Dans une étude récente de la Banque mondiale (BM), les EAU étaient classés parmi les 20 premiers dans l’Indice de performance logistique. Les Émirats étaient classés 17e, sur la base de critères qui incluaient l’efficacité du processus de dédouanement (rapidité, simplicité et prévisibilité des formalités) par les agences de contrôle des frontières ; la qualité de l’infrastructure liée au commerce et au transport (ports, voies ferrées, routes, technologie de l’information) ; la facilité d’organisation des transports, avec des prix compétitifs ; la compétence et la qualité des services de logistique (opérateurs de transport, agents de dédouanement), ainsi que la capacité à suivre et retracer les expéditions.

Avec le Dubai World Central entièrement opérationnel, le développement du secteur de la logistique dans les EAU
aiderait à la diversification du PIB hors pétrole de l’économie du pays. Mondialement, le secteur instable du pétrole et du gaz a incité les pays arabes riches en pétrole à diversifier leur économie, et l’une des principales alternatives pourrait être le secteur de la logistique.

Un rapport de l’Institute of Chartered Accountants in England and Wales (Institut des experts-comptables d’Angleterre et du Pays de Galles, ou Icaew) a identifié les fluctuations du prix du pétrole comme étant l’un des défis des économies du golfe Arabique. « Les récentes baisses du prix du pétrole ont clairement établi que le Moyen-Orient ne pouvait pas compter uniquement sur le pétrole pour générer la croissance. Les développements technologiques, et particulièrement les techniques de l’extraction du schiste, augmentent l’approvisionnement mondial, tandis que la demande, orchestrée par les économies avancées, exerce sur les prix d’importantes pressions à la baisse », indique le rapport de l’Icaew, ajoutant que les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) doivent redoubler d’efforts pour diversifier leurs économies, et trouver de nouvelles sources de croissance économique.

Diversification. L’investissement dans l’infrastructure est une façon importante d’encourager cette diversification, et s’effectue à travers le CCG de façon prometteuse et sur une grande échelle. Les pays du CCG s’apprêtent à investir cette année plus d’un quart (26,3 %) de leur PIB, dépassant de loin les niveaux d’investissement équivalents dans les économies avancées, affirme l’Icaew.

« L’accroissement considérable de la capacité aéroportuaire a soutenu le secteur touristique en plein essor. La région a l’une des plus fortes disponibilités au monde des compagnies aériennes en sièges/kilomètres (mesure de capacité de passagers), par rapport à la population mondiale. Les EAU ont presque 600 m de sièges/kilomètres disponibles par semaine pour chaque million de sa population, et le Qatar 450 m, comparés à environ 100 m pour le Royaume-Uni et les États-Unis. Le nombre de passagers aériens transportés à partir des aéroports du CCG a augmenté de 257 % entre 2002 et 2012. Cette tendance devrait se poursuivre, avec l’ouverture de l’aéroport Al Maktoum de Dubaï, l’aéroport Hamad de Qatar et celui de Duqm à Oman. Les aéroports existants sont également en voie d’expansion à Abou Dhabi, au Bahreïn, au Koweït, en Arabie Saoudite et à Oman », indique le rapport.

Au milieu des développements en cours, le secteur de la logistique de la région a été le plus grand bénéficiaire. « Entre 2007 et 2012, le secteur de la logistique a connu un très grand essor à travers le Moyen-Orient. Le Qatar, l’Arabie Saoudite, Oman, le Bahreïn et les EAU ont tous vu le secteur s’accroître plus rapidement que l’économie dans son ensemble, conduisant la logistique à représenter une part plus importante du PIB. »

Logistique. « Le rendement de la logistique du Qatar a plus que doublé durant les cinq années précédant 2012, augmentant de 157 % en termes réels, alors que l’Arabie Saoudite a vu ce secteur croître de 90 % pour la même période. Bien que le Bahreïn ait eu au départ un secteur logistique relativement grand, le rendement du transport et de l’entreposage ont encore augmenté de 45 %. La logistique s’est distinguée en tant que réussite totale de diversification, et représente actuellement 9 % du PIB total du CCG, comparé à 7 % en 2007 », indique le dernier rapport de l’Icaew sur le secteur de la logistique de la région.

L’expansion de la capacité de l’aéroport a également conduit à une augmentation spectaculaire du fret aérien, et les volumes, évalués en millions de tonnes/kilomètres, ont plus que triplé dans le CCG entre 2002 et 2012. Cela amène la région à transporter seulement 30 % de fret aérien de moins que la zone euro, alors même que la taille de son économie représente moins du quart de celle de l’Union européenne.

Le solide développement de l’infrastructure commerciale au sein du CCG a stimulé les exportations, spécialement vers les marchés émergents, et la région a largement utilisé son emplacement géographique pour faire progresser ses intérêts commerciaux. En 2002, 64 % des exportations du Moyen-Orient étaient dirigées vers les économies avancées, et juste 28 % vers les marchés émergents et en développement – en 2012, cette situation s’est transformée, indique le rapport, ajoutant que, en 2012, 44 % de toutes les exportations de la région étaient dirigées vers les économies émergentes et en développement, égalant presque les 48 % expédiées aux économies avancées. Ce changement était particulièrement prononcé dans les EAU, où la proportion des exportations expédiées aux marchés émergents et en développement a augmenté de 22 % au cours de la dernière décennie.

Exportations en hausse et secteur logistique fort : l’ouverture du nouvel Al Maktoum International Airport n’aurait pu arriver à un meilleur moment. L’emplacement du projet est considéré comme idéal, dans le sillage des développements prévus, comme Etihad Railways.

Développement. Le directeur des opérations de la Dubai Aviation City Corporation, Rashed Bu Qara’a, déclare : « L’écosystème intégré, au Dubai World Central [DWC], en fait un emplacement idéal pour le développement régional et international de la logistique et des compagnies commerciales. De plus, le Dubai Logistics Corridor, qui relie le port de Jebel Ali à Al Maktoum International Airport, assure une zone sous douane unique.

» DWC offre aux entreprises les avantages stratégiques d’un haut niveau de connexion, associé à une possibilité d’évolution, pour répondre aux besoins actuels et futurs. En 2012, pour sa première année de fonctionnement, DWC a traité 219 092 tonnes de fret aérien, représentant une hausse de 144 % par rapport à 2011. Le transit représentait plus de 44 000 tonnes du volume total », précise Qara’a.

Dans le court terme, Dubai World Central – Al Maktoum International augmentera la capacité de l’aéroport de Dubaï pour accueillir les 48 % de hausse des volumes de fret, de 1,9 à 3 millions de tonnes, qui sont prévues d’ici à 2015. Sur le long terme, il servira de plate-forme logistique multimodale pour 12 millions de tonnes de fret, ainsi que de passerelle mondiale pour les 150 millions de passagers par an qui devraient passer par Dubaï d’ici à 2030.

Mettant l’accent sur l’importance du secteur régional de l’aviation, Cheikh Ahmed ben Saïd al-Maktoum, président de Dubai Civil Aviation Authority, président de Dubai Airports et PDG d’Emirates Airline and Group, nous a précisé : « Le secteur de l’aviation représente l’un des plus importants piliers économiques de la région, et implique des millions et des millions de dollars d’investissements, tant dans les développements actuels que dans ceux à venir.

Croissance. » Nous voulons renforcer la position de Dubaï sur la carte de l’aviation mondiale. Nous continuons à élargir les installations de Dubai International Airport avec un investissement de 7,8 milliards de dollars, de façon à maintenir le volume de la croissance attendue.

» Nous croyons fortement dans le secteur de l’aviation comme moteur de croissance économique, et nous continuerons à améliorer nos services et nos équipements, pour mériter la confiance que le monde a placée en nous », a déclaré Cheikh Ahmed.

En réponse à nos questions, Anita Mehra, vice-présidente du marketing et de la communication de Dubai Airports, a déclaré : « L’aviation participe déjà à hauteur de 28 % au produit intérieur brut de Dubaï. La participation du secteur dans le PIB de l’émirat augmentera encore dans les cinq à dix prochaines années. »

Le plus grand aéroport du monde, au moment où il deviendra totalement opérationnel, sera certainement un joyau dans la couronne de Dubaï, et jouera un rôle majeur dans la diversification de l’économie de l’émirat et du pays.

© Corbis