/ Economie / Alger, sur les chapeaux de roues…

Alger, sur les chapeaux de roues…

Editor de Mai 20, 2013 - 18:11 dans Economie

Alger, sur les chapeaux de roues…

Le Salon international de l’automobile d’Alger est un grand événement populaire, qui prend de l’ampleur d’année en année dans le pays.

Par Hakima Kernane, ALGER

innovations

Les concessionnaires proposent

les dernières innovations en matière de voitures hybrides, de motorisations, de designs, de citadines, de berlines et d’utilitaires

I Arabies Mai 2013

La 16e édition du Salon international de l’automobile d’Alger, organisée en mars 2013, a connu un intérêt inégalé de la part du public. Le jour de l’inauguration, une marée humaine s’est présentée au parc des expositions Safex (aux Pins Maritimes) dès l’ouverture.

Des visiteurs de toutes les régions d’Algérie étaient venus pour admirer les stands des constructeurs automobiles opérant sur le marché.

Les adeptes de nouveautés et les passionnés de l’automobile se sont rués vers les stands pour découvrir les dernières créations en matière de produits et de technologies.

Certains visiteurs relevaient les capots pour détailler la conception du moteur alors que d’autres touchaient la carrosserie et s’installaient à l’intérieur des véhicules pour admirer les prouesses technologiques introduites sur les nouveaux modèles.

Les concessionnaires, désireux de répondre aux besoins et aux goûts de leurs clients, proposent les dernières innovations en matière de voitures hybrides, de nouvelles motorisations, de nouveaux designs, de citadines et de berlines, ainsi que d’utilitaires qui connaissent également un regain d’intérêt sur le marché local.

Dans tous les cas, les témoignages recueillis sur place démontrent la satisfaction de la clientèle concernant la diversité des modèles exposés. « Les nouveautés sont introduites sur le marché quasiment au même moment qu’en Europe », explique Sarah, une quadragénaire qui souhaite acheter une nouvelle voiture lors du salon. Quant à Farid, qui compte s’équiper en véhicule utilitaire, il a fait le tour des stands pour dénicher la meilleure proposition commerciale. « Les promotions accordées lors du salon sont intéressantes pour les clients. Faire une économie de 150 000 dinars pour l’achat d’un véhicule, c’est toujours bon à prendre ! », nous confie-t-il.

Succès commercial. Les professionnels du secteur considèrent que le salon de l’automobile d’Alger se professionnalise d’année en année. L’événement, qui connaît un flux important de visiteurs et un succès commercial indéniable, incite les constructeurs automobiles à tout mettre en œuvre pour l’amélioration de la conception des stands. Ces derniers sont en effet conformes aux standards internationaux en matière d’organisation, de design et de pratiques marketing et commerciales.

De plus, on note la participation de personnalités au sein des maisons mères au salon de l’automobile d’Alger, à l’image de Peugeot Algérie qui a accueilli de nombreux responsables du groupe, comme Maxime Picat, directeur général monde ; Marc Bocqué, responsable presse et relations internationales ; Guillaume Cousy, directeur marketing et communication monde ; Yves Moulin, directeur opérations internationales monde ; et David Roy, directeur commercial zone Maghreb et Turquie.

« Le marché algérien est un marché majeur pour le développement de la marque au lion dans la région Méditerranée et Afrique », a précisé de son côté Maxime Picat, lors de la conférence de presse organisée pour l’occasion. Peugeot Algérie, qui a réalisé une croissance record de 87 % avec près de 66 000 ventes en 2012, est classée troisième du top 5 des marchés internationaux du constructeur, juste après la Chine et la France.

Le succès de la marque au losange est confirmé par la présence en force du public, dès l’inauguration du salon. « Le salon de l’automobile est un moment unique pour présenter les nouveautés au public », nous a confié Pierre Foret, directeur de Peugeot Algérie.

Le stand de la marque reflète ses ambitions sur le marché. Le modèle Peugeot 301, exposé dans le stand du constructeur, attise la convoitise du public. Cette citadine a déjà conquis plus de 11 000 clients depuis son lancement sur le marché en décembre 2012.

Engouement des visiteurs. Nissan Algérie – qui a fêté ses vingt ans d’existence le jour de l’inauguration du salon – a exposé plusieurs modèles, dont le très attendu Nissan Juke qui devrait connaître un succès auprès des clients algériens. Le stand de Renault, premier constructeur automobile sur le marché algérien avec 113 000 ventes en 2012, a connu également un grand engouement des visiteurs tout au long du salon. Les modèles Clio et Symbol sont plébiscités par les Algériens. La Clio 4 Dynamique, proposée à 1 635 000 dinars, est élue voiture de l’année.

« Le salon international d’Alger est un succès populaire dont l’objectif est la rencontre entre les citoyens et les acteurs économiques », a déclaré Séfiane Hasnaoui, directeur de Nissan Algérie, lors de la conférence de presse organisée pour l’inauguration du salon. D’après les responsables des constructeurs automobiles que nous avons interrogés, l’affluence du public s’explique, entre autres, par le dynamisme de ce secteur d’activité qui a enregistré un volume record de ventes de plus d’un demi-million de véhicules en 2012. Les opérateurs économiques affirment que même si les ventes connaissent un fléchissement en 2013, le marché reste très important en raison de la faiblesse du taux d’équipement dans le pays.

Néanmoins, le bilan du 16e Salon est mitigé. Selon certains observateurs, la mise en place du paiement par chèque certifié a ralenti les ventes. Pourtant, quelques établissements bancaires étaient bel et bien présents à cet événement. En effet, pour faire face aux pratiques illégales des revendeurs, qui ont tendance à prendre de l’ampleur dans le pays, la Société algérienne des foires et exportations (Safex) et l’Association des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A) ont interdit le paiement cash.

Promotions. Pour vendre certains modèles, les concessionnaires ont accordé des remises de 100 000 à 500 000 dinars sur le salon. La société Sovac (qui représente Volkswagen, Audi, Skoda et Seat) a proposé des baisses sur Seat Ibiza et Leon de 150 000 et 449 000 dinars algériens. Quant à la société Diamal (qui distribue les marques Chevrolet et Opel), elle a accordé des remises de 25 000 à 130 000 dinars sur quelques produits de sa gamme.

De son côté, Peugeot Algérie a proposé des rabais de 40 000 dinars pour le modèle 208, à 500 000 dinars pour la RCZ. Le concessionnaire français a également lancé, à l’occasion du salon, une série limitée du modèle 301, baptisée 301 Fennec (référence à l’équipe nationale de football). Cette dernière était proposée à 1 060 000 dinars.

Citroën, de son côté, a fait des promotions de l’ordre de 200 000 dinars pour l’acquisition d’un Berlingo et de 150 000 et 100 000 dinars pour l’achat des modèles C4 et C3. Quant à Renault Algérie, leader sur le marché, il a proposé des remises importantes de 100 000 à 500 000 dinars sur différents modèles comme la Renault Fluence à 150 000 dinars et la Mégane à 250 000 dinars.

La croissance des ventes et le faible taux de pénétration du marché de l’automobile reflètent l’énorme potentiel de ce dernier dans le pays. Pour garantir son dynamisme, certains opérateurs économiques appellent au retour du crédit à la consommation, supprimé en 2009 par les autorités publiques concernées. Car, de l’avis du directeur de Nissan Algérie, Séfiane Hasnaoui, l’épargne des ménages algériens est désormais orientée, en priorité, vers l’acquisition de logements laquelle est rendue possible grâce aux programmes de construction de logements, initiés par le gouvernement.

Le dynamisme des ventes, une meilleure réglementation et organisation du marché et l’implication réelle des constructeurs automobiles, à l’image de Renault, pourraient engendrer, à plus long terme, l’instauration d’une industrie automobile dans le pays. Les Algériens pourront-ils ancrer leur passion de la voiture en produisant localement des véhicules Made in Algeria ?